Le peuple Konso

Les Konso habitent à 50 km environ au sud du lac Chamo. Les Konso sont des agriculteurs sédentaires chevronnés, les seuls du sud-ouest éthiopien à s’adonner à la culture en terrasse sur les flancs des collines rocailleuses. Les cultures dominantes sont le coton et différentes variétés de millet. Les grains de ce dernier sont moulus par les femmes, puis transformés en galettes qui constituent la nourriture de base des Konso. (suite…)

Le peuple Erboré

L’organisation sociale des Erboré s’étaye sur le système des classes d’âge. Les diverses générations, dont chacune se divise en quatre classes, se succèdent au pouvoir tous les quarante ans environ. (suite…)

Le peuple Dasenech

Installés sur les deux rives de l’Omo, ils sont 24 000 répartis dans une région fertilisée par les inondations du delta de l’Omo et l’influence du lac Turkana. Amalgame de petits groupes liés par un même langage, leur population a une activité économique principalement agricole. Le bétail et son usage illustrent néanmoins les valeurs morales de la communauté basées sur un ancien pastoralisme. (suite…)

La tribu Nyangatom (ou Gnangatom)

Les Nyangatom, ethnie minoritaire (15 000 représentants) du groupe Karimojong, vivent à l’extrême sud-ouest de l’Éthiopie, aux confins du Soudan et du Kenya, dans une région particulièrement inhospitalière du Triangle d’Ilemi. Cette zone frontière fut conquise par l’empereur Menelik en 1899, mais l’occupation Amhara demeura purement nominative et la région n’a pas été colonisée.

Les Nyangatom ont toujours été en conflit avec leurs voisins et ils font partie des guerriers les plus redoutés de la vallée de l’Omo. Dans les années 70, ils furent pratiquement décimés par les Dassanech. (suite…)

La tribu Karo

Les Karo, seuls sédentaires à part entière de la région, se regroupent majoritairement dans le village de Douss sur la rive orientale de l’Omo. À la saison des pluies, ils prennent surtout soin du bétail, tandis qu’à la saison des semailles et des récoltes, ils s’éparpillent dans les champs avoisinant où ils cultivent des céréales, du coton et de la canne à sucre. (suite…)

La tribu Bana (ou Bena)

Le peuple Bana compte environ 40 000 individus. Ils pratiquent l’agriculture et complètent leurs besoins alimentaires par la chasse.

Les Bana partagent avec leurs cousins Hamer leurs coutumes, leurs croyances et leur langue, avec toutefois une accentuation différente. Ils s’adonnent à des danses et des chants rituels, et célèbrent la cérémonie du saut des taureaux ou Ukuli. (suite…)

La tribu Ari

Les Ari vivent au nord du Parc du Mago. Ils ont l’habitude de peindre et de scarifier leur corps.

Les terres des Ari sont vertes et fertiles, ce qui leur permet de diversifier leurs cultures.

L’élevage est également très présent, mais aussi l’apiculture. Le miel récolté peut servir de monnaie d’échange. (suite…)

La tribu Hamer

Les Hamer sont des pasteurs semi-nomades vivant dans l’une des régions les plus arides de la savane méridionale du sud-ouest éthiopien, entre les terres fertiles de l’est et des rives de l’Omo.

Les Hamer se déplacent en groupe avec leurs troupeaux de bovins, selon un itinéraire précis établi par leurs ancêtres au premier matin du monde. Parmi eux, de jeunes hommes armés assurent la sécurité du groupe. Une fois les ressources en eau épuisées, ils abandonnent les champs et se mettent en quête d’une nouvelle zone fertile. Ils logent dans des huttes ogivales de branchages savamment enchevêtrés qui résistent aux forts vents de sable. (suite…)

La tribu Mursi

Le peuple Mursi est un peuple semi-nomade du sud du pays, vivant en bordure de la rivière Omo. Les Mursi ont peu de contacts avec les autres tribus. Les hommes, farouches guerriers, ne quittent jamais leur vieille kalachnikov. C’est l’un des derniers peuples d’Afrique dont les femmes portent encore des plateaux parant leur lèvre inférieure. De nos jours, cet ornement serait uniquement symbolique. Seules les femmes de caste élevée sont en droit de le porter. Cette coutume du disque labial est retrouvée chez les Surma. (suite…)

Safari photographique en Éthiopie

Singes Gelada dans le Simien Des plaines arides du désert à la luxuriante forêt tropicale, l’Éthiopie offre aux amoureux de safari une diversité inépuisable de sujets à photographier.

Que vous cherchiez à prendre en photo les animaux, la flore, les paysages ou même la voûte céleste de nuit, ce pays mystérieux vous attend pour vous dévoiler ses secrets. (suite…)